Bien que la recherche clinique soit ouverte à tous, chaque essai clinique vise une catégorie précise de patients. Ceux-ci doivent répondre à certains critères d’inclusion (caractéristiques que doivent présenter les participants) et de non-inclusion (caractéristiques qu’ils ne doivent pas présenter) pour pouvoir participer à une étude. C’est le médecininvestigateur qui décide, en fonction des critères de sélection, de proposer à un patient de participer à un essai clinique.

 

Le patient est libre d’accepter ou de refuser de participer à une étude clinique. Le refus de participer à une étude est un droit. La participation d’un patient à une étude clinique est libre et volontaire.Le patient participant doit donner son consentement éclairé. Un consentement est dit "éclairé" si la personne a reçu, de manière orale et écrite, toutes les informations nécessaires de la part du médecin investigateur sur les objectifs, la durée, les bénéfices attendus ou encore les risques de l'essai. Le patient a également la possibilité de poser des questions au médecin investigateur. Un formulaire de consentement est signé avant de débuter l'essai.

 

La protection des participants à un essai clinique est garantie par la loi. Le patient est libre d’interrompre sa participation à une étude clinique à tout moment sans encourir aucune responsabilité ni aucun préjudice de ce fait. Cela n’altèrera pas la qualité des soins qui lui seront prodigués et ne modifiera pas ses relations avec l’ensemble de l’équipe soignante. De plus, les participants sont tenus informés de leur état de santé tout au long et à l’issue de l’essai.

 

Les données des participants sont rendues anonymes pour leur saisie dans la base de données de l’étude clinique. Les participants peuvent, s’ils le souhaitent, être informés des résultats globaux de l’étude clinique. Ils doivent pour cela s’adresser au médecin investigateur.